Posts tagged ‘cinéma’

Korea and the world – culture and entertainment – the Hallyu – part 1

I will try to post a series of articles about the 한류 (Hallyu), first defining what it is for people who are new to this phenomenom, and then trying to analyse some of its components, what kind of conclusions we can draw from it, etc.

1- What is the Hallyu ?

Where does the term come from and what does it define ?

If you are not familiar with Korean entertainment and culture, you may not have heard of the term “Hallyu” until now. Let’s start by saying that it’s pretty sure it’s because of this phenomenom that I became interested in Korea in the first place – and everything that followed (I am very fond of this country, its people, its food, its culture, everything … well, almost (too much confucianism can be quite heavy to bear)) !! Without that, I doubt I would have travelled to Korea. And I wouldn’t have been able to see the results of this phenomenom with my own eyes in several asian countries.

So, now, have I triggered your curiosity ?

Well, if we just look at the word :

– ‘한’ (“han”) is the character meaning ‘Korea’ (as in ‘한국’ -> Korean country, ‘한국어’ or ‘한국말’ -> the Korean language, …) – it is also the character said to define the very unique Korean feeling (the “Han”), the supposedly very essence of what Korea and being Korean is, but it’s not the topic here,

– and ‘류’ (“ryu”) appears to be a Sino-Korean term (a big part of the Korean language is derived from Chinese characters) that means  ‘current’ (like current in the water, or the current of time), meaning a ‘flow of something’ (in this case, a ‘flow of Korea’), but it is more commonly translated as ‘wave’ in this case.

Therefore, if you put the two characters together, you get “Korean wave” – that is the commonly used translation of this word. And it’s actually quite a suitable term for what it defines : a Korean wave that reached the shores of pretty much every Asian country, and even made its way to the West (USA, Europe) – just not as strongly as in Asia, and even reached Middle-Eastern countries !

It’s not surprising that the word used to describe this case comes from the Chinese language (mandarin, to be precise) … since it is said that it was the Chinese journalists themselves who first used it (created it) to describe what they observed, back in the late 90s ! The Korean people then started using this word too, and so now it remains the only word used to describe this phenomenom.

So, let’s dig deeper now, and see what this whole “Korean wave” is all about.

Here’s a short definition of it that I found on the Korean Internet : 1990년대 말부터 동남아시아에서 일기 시작한 한국 대중문화의 열풍 (1). According to it, the Korean wave is the sudden popularity of Korean mass culture observed all around Asia since the late 90s. Basically, in 1996, Korean dramas (TV series) were being exported to China (I don’t know if it was the first time or if it had occured in the past), and there, they were met with a huge success, and within two years a ‘Korea frenzy’ had started, as Korean singers had also started to be appreciated outside their own country.

Winter Sonata : the drama that triggered the Hallyu in Japan. (2)

Photo credit : http://movie.naver.com/movie/bi/mi/photo.nhn?code=39492#ps

.

But it’s not all about China : Japan had its share in the process. Korean tearjerking drama “Winter Sonata” (겨울 연가, 2002 – I haven’t seen it but heard so much about it !) won the hearts of countless Japanese women, starting the Korean frenzy in Japan. To give you some idea about how big its success was, I saw with my own eyes tons of Japanese magasines with Bae Yong-joon, the lead actor of “Winter Sonata”, on their covers in Japan, in 2009 – several years after the drama first aired ! I also noticed places in Seoul clearly targeted at Japanese tourists since they also use his image to sell. Here’s a picture I took in Seoul this fall :

Proofs that the Hallyu is still on... (photo by Nathalie Veldhuizen, do not copy without permission)

The man on the poster in the middle is no one else than Bae Yong-joon, and he is surrounded by products with images of other famous Hallyu stars.

So, to sum it all up : ‘Hallyu’ is the expression created by Chinese journalists in late 90s-early 2000 to describe the Korean cultural success across Asia (and the world). Its most visible manifestations are all the Korean cultural products (TV series, movies, CDs, …) and stars (actors, singers, multi-entertainers) that are famous all around Asia (from Japan to Malaysia, through China, Vietnam, Cambodia, Thailand, Philipines, …). In the West, it’s mostly through Korean movies (in Europe), or Korean idol bands that the Asian-American young people like, that we can see the Hallyu. But the Hallyu has also reached the shores of South-American countries, Russia, Central Asian countries, and even the African continent … The Korean Wave sure is a big wave !

I will explain more about things like the developpement of the Korean wave, its key players, the strategies adopted by Korea to use this phenomenom to promote their country, and other aspects of this huge and interesting topic in upcoming articles (hence the “part 1” on this article’s title).

Sources :

(1) http://100.naver.com/100.nhn?docid=771137

(2) Photo credit : http://movie.naver.com/movie/bi/mi/photo.nhn?code=39492#ps

————————————————————————————-

Creative Commons License
Korea and the world – culture and entertainment – the Hallyu – part 1 by Nathalie VELDHUIZEN is licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 2.0 France License. (except the pictures)
Based on a work at eyeswideopen21.wordpress.com.

March 26, 2010 at 11:55 am 4 comments

Election 1 – critique de film (extrait d’un dossier de Licence 3 de cinéma)

Voilà ma critique du film “Election 1” de Johnnie To, issue de mon dossier critique réalisé en Licence 3 de cinéma.

Affiches Election 1

Chasse au sceptre sans merci

Dans la campagne chinoise ensoleillée, deux hommes se battent pour s’approprier un vieux sceptre : le plus jeune est debout et frappe son adversaire qui lui répond par un commandement de la Triade pour chaque coup qu’il reçoit. Puis ils reçoivent chacun un coup de fil et se découvrent désormais alliés. Ils s’excusent et repartent ensemble avec le sceptre. Ces deux hommes sont deux hommes de main de la Triade Hong-Kongaise Wu Lo Sing et le sceptre est le symbole du pouvoir qui est conféré à son nouveau  Délégué Général. Il s’agit de l’une des scènes mémorables d’Election 1 (“La Triade”), premier volet du diptyque Election du talentueux Johnnie To.

Les deux volets du diptyque, sobrement intitulés “Election 1” (“La Triade”) et “Election 2” (“La Triade 2 : le temps de l’Unité”) ne sont sortis qu’à une semaine d’intervalle dans les grandes villes de France en ce début de janvier 2007, après leurs passages aux festivals de Cannes 2005 (en compétition) et 2006 (hors compétition). Les deux volets, et surtout le second, ont attiré les foudres de la censure chinoise, très virulente, lors de leur sortie dans leur pays d’origine.

Réalisateur connu en Occident depuis quelques années grâce à des films comme The Mission, polar considéré comme l’un de ses meilleurs films, Breaking News (Cannes 2004), dont on retient surtout le long plan-séquence d’ouverture révélateur d’une grande maîtrise technique, ou plus récemment PTU, Johnnie To est considéré par certains comme le nouveau John Woo, comme celui qui donne un nouveau souffle au cinéma HK.

Election 1 nous entraîne dans les rouages corrompus de l’élection du nouveau Délégué Général de la seule Triade au système vaguement démocratique plutôt que monarchique. Le candidat finalement déchu, Big D, tentera de se rebeller contre le système en confisquant le sceptre du pouvoir, ce qui enclenchera une vaste chasse au sceptre, caché en Chine continentale, et tous les moyens seront bons pour s’en emparer.

Un film de mafieux HK pas comme les autres.

Attention, Election 1 n’est pas un film de mafia classique : ceux qui s’attendent à des scènes de baston chorégraphiées ou à des gunfights à n’en plus finir risquent d’être déçus, car il n’y en a tout simplement pas : ici, la violence est bien plus bestiale que poudreuse, comme lors de cette scène dans laquelle Big D fait enfermer les oncles qu’il avait payé pour voter pour lui dans des boîtes en bois et les fait rouler à maintes reprises du haut d’une colline, avant de les lâcher sur la route, ensanglantés. Dans la Triade, on se tranche, on se bat à mains nues, à l’arme blanche, avec tout ce qui tombe sous la main, ce qui donne une vision bien plus réaliste et cruelle que les voltiges câblées, censées en mettre plein la vue,  d’un bon nombre de films. La violence est brute, rapide ou répétitive, viscérale, sans pour autant être insoutenable.

Plutôt avare en scène de violence pour un film de ce genre, Election 1 est rempli de scènes de discussions : une bonne partie du film nous permet en effet de suivre les débats des oncles qui les mèneront au choix de Lok (le second candidat), ainsi que diverses discussions révélatrices des relations et positions de pouvoir entre les différents membres de la Triade que l’on va suivre sur les deux films. Cependant, le film en devient un peu trop « bavard » par moments, au risque de perdre l’attention du spectateur.

Le thème abordé par Election 1 peut surprendre au premier abord : des élections au sein de la Triade ! C’est bien le dernier endroit où l’on s’attendrait à voir des élections ! Ce point est d’autant plus intéressant qu’il est véridique : Johnny To a tenu à se documenter avec précision, notamment auprès de vrais gangsters appartenant à cette Triade, afin de traiter son sujet de manière juste, même s’il n’a bien évidement pas retranscrit à l’écran tout ce qu’il a apprit. Le résultat est un film bien documenté, dans lequel on retrouve une reconstitution du type de rituel qui avait lieu depuis des siècles au sein de la Triade.  Ce film apporte un nouveau regard sur la Triade vue de l’intérieur, donnant ainsi à voir des choses jusque là jamais vues au cinéma.

Prêts à tout pour le pouvoir. Un film politique.

Si Lok, marié et père d’un fils, apparaît comme calme, posé, réfléchi, son rival Big D est tout son contraire, exubérant et nerveux. Pourtant, on découvrira que Lok est capable d’une grande violence pour conserver le pouvoir sous ses apparences calmes, particulièrement dans la scène finale du film (et ensuite dans le second volet). Et c’est bien là ce que montre entre autres le film : quand il s’agit d’avoir le pouvoir, tous ces hommes sans exception sont capables des pires atrocités. Et cela va plus loin que les conflits verbaux de nos chers politiciens : ces candidats là n’hésitent pas à torturer et tuer, en plus de la corruption, quand ils n’essaient pas de discuter pour que tout fonctionne au mieux, pour éviter d’être trop embêtés par les autorités. Cette dualité est l’un des principaux intérêts du film.

On pourrait reprocher à Johnny To un manque d’originalité dans le traitement plastique ainsi que dans les mouvements de caméra, mais on peut déjà le remercier d’avoir évité le maniérisme et la lourdeur de certains films du genre. La caméra navigue avec fluidité entre l’espace sombre et enfumé des discussions et l’espace extérieur de la chasse au sceptre, même s’il faut reconnaître que Election 1 ne restera pas dans les mémoires pour sa maîtrise technique, mais plutôt pour son thème (et encore).

Si Election 1 présente un certain intérêt de par son thème, le second volet est tout aussi voire plus intéressant, explorant à travers le personnage de Jimmy les problèmes actuels, avec quelques scènes particulièrement marquantes (celle dans le chenil et la scène finale). Johnny To confirme donc bien ici son statut de cinéaste Hong-kongais de renom, même s’il ne signe pas là son meilleur film.

March 22, 2010 at 10:49 am Leave a comment


Archives

Recent Posts

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 2 other followers

Visitor Map